Humans of Newfeel - Le portrait d'Axel

Portrait Axel designer Newfeel

Portrait d'Axel

Designer Chaussure de Marche Sportive et Innovation

Je m’appelle Axel, j’ai 31 ans et je suis footwear designer chez Newfeel. J’ai quitté ma Guyane natale à 17 ans. Elle me manque, mais je ne regrette pas d’être venu en métropole : aujourd’hui je me dépasse au quotidien, dans mon travail et dans le sport !

Mon métier, c’est ma passion. Je mesure à quel point j’ai de la chance puisque je me lève tous les jours pour faire ce que j’aime ! Créer, rendre tangible l’intangible, dessiner, matérialiser des idées, c’est vital pour moi. Cela va de paire avec mon besoin de réfléchir au sens de la vie. Est-ce que tout est déterminé ou arrive par hasard ? Cela ne m’empêche pas d’avoir des projets (faire un long road trip de plusieurs mois sur la Côte Ouest américaine) ou des rêves un peu fous (aller dans l’espace). Qui sait, une future rencontre changera peut-être la donne, comme toutes celles de ma vie ! 

Progresser est une motivation quotidienne pour moi. Dans ma vie professionnelle, mais aussi dans le sport. Je cours, je fais du vélo, je nage et je fais du cross training. J’alterne entre des sports collectifs et d’autres où je suis seul. Dans tous les cas, j’aime l’idée d’avoir un objectif à atteindre et de devoir persévérer pour y arriver. 

Je travaille chez Newfeel depuis mon arrivée chez Decathlon, il y a 3 ans. Je suis fier d’avoir rejoint le projet au moment où notre sport a évolué de la marche quotidienne à la marche sportive. Je suis sûr que cela va devenir l’un des sports doux de demain, comme le yoga ou la méditation. C’est très stimulant de travailler pour un sport où tout n’est pas déjà codifié ou identifié ! Au quotidien, j’apporte ma pierre à l’édifice en imaginant LA chaussure de marche. Ce qui me rend fier aujourd’hui, c’est l’équipe qui porte le projet, je suis heureux de pouvoir travailler tous les jours avec des personnes généreuses, pleines d’énergies et bienveillantes. C’est une vraie chance. 

Je fais partie de ceux qui pensent que dans la vie, il faut profiter au maximum. Certainement à cause de cette citation que ma mère nous répétait souvent : “Vis où tu veux, meurs où tu dois”. Pour moi, cette phrase n’est pas négative. Au contraire, elle signifie que l’on est libre de nos choix, et cette liberté est précieuse !

HAUT DE PAGE